Extia - D'abord qui, ensuite quoi !

Extia dans la presse
Les 14 entreprises du numérique où il fait bon travailler

Partager
actuality.press.title
Publié par Xavier Biseul, le 19 mars 2014

​Les sociétés du conseil et du web accaparent les premières places du dernier palmarès Great Place to Work. Symbole des entreprises plaçant les RH dans leurs priorités, la SSII Davidson Consulting passe devant Microsoft.


​D'une année sur l’autre, on retrouve les habitués du classement de l’institut Great Place to Work. Si ce palmarès est contesté par certains car reposant en partie sur du déclaratif, elle a le mérite de distinguer les bonnes pratiques des entreprises où il fait bon travailler. Quatrième en 2013, la SSII Davidson Consulting arrive en tête de la catégorie des sociétés de plus de 500 salariés.

Cette boîte de conseil a mis en place un « Da Vidson Code » comprenant  notamment un campus pour loger les jeunes salariés qui éprouvent des difficultés à trouver un appartement en région parisienne ou la création d’un poste de chargé d’ambiance, chargé de fédérer les équipes et d’animer le réseau social interne des Davidsoniens.

Parmi les nouveautés 2014 de ce Da Vidson Code, on trouve un "wall of hobbies" permettant aux salariés d'organiser avec leurs collègues des sorties autour de passions communes comme la plongée ou le parachutisme. Sorties financées par la société ! Un baromètre interne répartit, lui, les activités ennuyeuses ou intéressantes afin que les tâches à faible valeur ajoutées n'incombent pas à quelques individus en particulier.

​​Avec tous ces atouts, Davidson Consulting ravit la première place à Microsoft qui rétrograde, cette année, au quatrième rang. La firme de Redmond se place juste devant une autre entreprise méconnue : Extia. A l’instar de Davidson Consulting, ces deux jeunes dirigeants militent pour un management agile et convivial. Ils n’hésitent pas à pratiquer l’autodérision comme on peut le voir sur la page d’accueil du site institutionnel actuellement en travaux (photo). En dépit de leur notoriété, EMC² et Iliad (Free) n’atteignent « que » la 16ème et 18ème place.

Les SSII « sociales » sortent du lot

Mais c’est dans la catégorie des entreprises de moins de 500 salariés que l’on déniche le plus de représentants du numérique. Centre de support de SAP en France, PASàPAS monte sur la deuxième marche du podium, soit un bond de six places depuis l’an dernier. 42% du capital de cette PME appartient aux salariés, et chaque année, les collaborateurs justifiant de 18 mois d'ancienneté peuvent prendre part au capital. Tous les ans, PASàPAS reverse aussi 23% de sa marge opérationnelle aux salariés.

Juste derrière, on trouve une autre SSII, Xebia, spécialisée dans le développement logiciel en méthodes agiles. Une agilité qu’elle prône aussi dans son management. Xebia devance Zenika. Egalement positionnée dans les méthodes agiles, ce cabinet spécialisé dans l’architecture informatique entre directement à la 7ème place.

Les dirigeants de Zenika qui affichent pour valeurs « la transparence, le partage et la convivialité » ne sont pas isolés dans un bureau fermé mais au centre d’un open space, au milieu des équipes. Autre SSII atypique, D2SI (6ème) a fait, elle, du développement durable son credo.

Les sites web se positionnent bien également. BlaBlaCar (covoiturage) arrive en 4ème place, Leboncoin.fr, 11ème, et Aramisauto, 25ème. En revanche, les éditeurs de logiciels perdent du terrain. Premier de la classe en 2013, NetApp glisse à la neuvième place. Jouant sur son image d’employeur idéal dans le monde entier, l’éditeur décisionnel Sas rétrograde, en France, de la septième place en 2012 à la douzième cette année.

WANTED !
400 2018 Nos offres d'emploi Candidature spontanée Serez-vous le prochain ? Extia recrute talents en